Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT INTERCO 72

le syndicat departemental

DÉGEL DU POINT D'INDICE :RASSEMBLEMENT LE MARDI 22 MARS À 11H30 Place des Comtes du Maine au Mans

21 Mars 2016 , Rédigé par CFDT-Interco72 Publié dans #Le syndicat départemental

LE SYNDICAT CFDT INTERCO SARTHE APPELLE LES AGENTS À UN RASSEMBLEMENT

LE MARDI 22 MARS À 11H30 Place des Comtes du Maine au Mans

La négociation salariale dans la fonction publique, rendue possible grâce à l’accord PPCR signé par la CFDT et d’autres organisations syndicales, a permis pour la première fois depuis six ans le dégel du point d’indice.

C’est la base sur laquelle se calcule notre salaire.
Le 17 mars, le gouvernement a accordé une augmentation en deux temps : 0,6 % à compter du 1er juillet 2016 et 0,6% à compter du 1er février 2017, qu’il présente comme une augmentation globale de 1,2
%.

En réalité, puisque cette augmentation bien modeste ne prendra effet qu’au 1er juillet, elle ne représentera que 0,3 % pour l’année 2016 ! Soit une augmentation de 7,81 € net par mois pour un agent rémunéré à l’indice 345.

Quelle interprétation faites-vous de ce « geste significatif » promis par la ministre ?
Clairement, pour la CFDT, ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu et ne règle pas le « contentieux salarial »accumulé depuis six ans.
Ces six années ont pesé lourd sur le pouvoir d'achat des agents et ont permis à l’Étatd’engranger 7 milliards d’économies !

La CFDT n'a cessé de dénoncer tout au long de cette période le blocage de la valeur d'un point d'indice et ses conséquences sur les agents :
Conséquences financières bien sûr puisque comme le précise l’INSEE les salaires moyens augmentent moins vite que les prix,

Conséquences sociales aussi puisque le blocage du point d'indice traduit un manque de reconnaissance de la compétence et de l'engagement des agents, qu'il réduit l'attractivité des métiers de la fonction publique et au final, met en grave difficulté le service public.
La CFDT refuse une clause de revoyure tous les 6 ans et des « déblocages » symboliques.
LES FONCTIONNAIRES VALENT MIEUX QUE CELA !
· Pour des négociations salariales annuelles obligatoires sans lesquelles il n’y aura pas de revalorisation durable des carrière
s
· Pour la qualité de vie au travail et la qualité du service public

Lire la suite

RENDEZ-VOUS SALARIAL DU 17 MARS : LA CFDT NE SE CONTENTERA PAS DE MESURETTES !

16 Mars 2016 , Rédigé par CFDT-Interco72 Publié dans #Le syndicat départemental

La ministre a annoncé la tenue du rendez-vous salarial pour le jeudi 17 mars. Ce rendez-vous, la CFDT l’a obtenu dans le cadre des négociations PPCR et il figure dans le protocole. La CFDT l’a rappelé à la ministre mardi dernier (voir page 4). Pour autant, la CFDT ne se contentera pas de mesures symboliques. Le gel du point d'indice six années consé- cutives a fait plus qu'annuler les gains liés aux promotions, si bien que, comme l’a calculé l'Insee, les salaires nets des fonctionnaires baissent depuis 2013. Ne pas augmenter significativement le point d’indice annulerait rapidement l'effet bénéfique de la revalorisation des grilles que prévoit le protocole PPCR. Les organisations syndicales de la Fonction publique se sont rencontrées mercredi 24 février et se sont entendues sur un communiqué commun dans lequel elles exigent du gouvernement que les mesures de revalorisation du point d'indice soient à la hauteur des attentes des agents. Les organisations syndicales ont convenu de se revoir le jeudi 17 mars, dès la fin de la rencontre avec la ministre, pour analyser le contenu des annonces et décider de s'inscrire ou non dans une journée d’action pour l'instant envisagée le mardi 22 mars. Le communiqué commun signé par la CFDT et la plupart des organisations syndicales représentatives de la Fonction publique est reproduit ci-dessous :

Rendez-vous salarial du 17 mars : les agents publics exigent des mesures fortes

Les organisations syndicales de la Fonction publique - Cgt, Cfdt, Cgc, Fa-Fp, Fsu, Solidaires et Unsa - se sont souvent retrouvées, ces dernières années, pour faire le point sur la situation des agents des trois versants de la Fonction publique et intervenir unitairement sur nombre de sujets propres à garantir la qualité du service public à tous les citoyens. Dans une période où nombre de réformes impactent le travail des agents, les organisations signataires portent ensemble le nécessaire respect du statut général de la Fonction publique, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la lutte contre la précarité et l’exigence d'emplois statutaires en nombre suffisant pour faire face aux besoins, l'amélioration des conditions de travail et le pouvoir d’achat des agents publics. Aujourd'hui, à quelques jours de l’ouverture des négociations salariales dans la Fonction publique, elles rappellent leur exigence qu'il soit mis immédiatement fin au gel du point d'indice et que celui-ci soit revalorisé significativement pour conforter les salaires de tous les agents. En effet, la politique d’austérité salariale a abouti à une baisse constante de leur pouvoir d’achat. Pour les organisations syndicales, l'heure est venue de mettre un terme au contentieux salarial qui s’est accumulé depuis des années ! Les agents de la Fonction publique jouent un rôle déterminant pour la cohésion de toute la société. La reconnaissance de leur travail et de leur engagement quotidien en faveur de l'intérêt général ne peut plus attendre. Le gouvernement s'est engagé à ouvrir des négociations salariales. Ce rendez-vous aura lieu le mercredi 17 mars et doit déboucher sur des mesures fortes. Les organisations syndicales, Cgt, Cfdt, Cgc, Fa-Fp, Fsu, Solidaires et Unsa porteuses des exigences des agents publics jugeront à cette aune les annonces qui seront faites par le gouvernement. Si celles-ci étaient trop éloignées de leurs attentes et de celles des personnels qu’elles représentent, elles en appelleront à la mobilisation des agents de la Fonction publique y compris par la grève et les manifestations. Dès à présent, elles inscrivent cette possibilité d'action le 22 mars prochain et se retrouveront dès après le rendez-vous salarial pour confirmer ou non cette mobilisation.

Paris, le 26 février 2016

Lire la suite

SUPPRESSION DE L’AVANCEMENT D’ÉCHELON À L’ANCIENNETÉ MINIMALE OU AU CHOIX

18 Janvier 2016 , Rédigé par CFDT-Interco72 Publié dans #Le syndicat départemental

La loi de finances pour 2016 supprime l’avancement d’échelon à l’ancienneté minimale ou au choix prévu par l’article 78 de la loi du 26 janvier 1984.

Certains statuts particuliers pourront prévoir la prise en compte de la valeur professionnelle. Cependant, la loi de finances pour 2016 prévoit des dispositions transitoires.

L'avancement d’échelon restera fonction, dans le cadre d’emplois considéré, de l’ancienneté et de la valeur professionnelle, et pourra donc continuer à intervenir à l’ancienneté minimale (ou au choix) :

· - jusqu’à la publication des statuts particuliers et au plus tard jusqu’au 1er juillet 2016 : pour la catégorie B et pour la catégorie A (puéricultrices cadres territoriaux de santé, cadres territoriaux de santé infirmiers et techniciens paramédicaux, conseillers territoriaux socio-éducatifs, puéricultrices territoriales en voie d’extinction, puéricultrices territoriales, infirmiers territoriaux en soins généraux)

· -jusqu’au 1er janvier 2017 : pour les autres cadres d’emplois.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>